les sons

compte rendu de la rencontre du 5 septembre 2009.


L'ouïe est un sens qui permet de percevoir au loin et dans toutes les directions, contrairement à la vue.
L'audition est un sens déjà bien développé à la naissance, contrairement à la vision. L'enfant s'habitue au son de la voix de sa mère dans son ventre et sait reconnaître sa voix à la naissance (ce qui n'est pas réciproque pour la mère).
Dans notre société, la vision est généralement le sens le plus privilégié, notamment à travers l'écriture.
En tant que citadins nous sommes constamment entourés de bruits souvent perçus comme agressifs.
Les sons ont une valeur émotionnelle, certains sont sont perçus comme plaisants, et d'autres désagréables.


  • écoute des bruits de l'environnement :

assis confortablement, les yeux fermés, on se concentre sur sa respiration.
On écoute les sons autour de nous, tous les sons qui nous entourent, sans leur attribuer de nom, de qualité, en oubliant ce qu’ils représentent, sans en sélectionner certains au détriment d'autres. Prenez conscience du vaste rythme qu’ils créent.

Cet exercice nous a fait prendre conscience de la façon dont nous sélectionnons habituellement les sons.
On peut percevoir une rythmique dans les sons naturels. Le compositeur John Cage par exemple a basé une partie de ses œuvres sur les sons de la rue qu'il entendait :
« Où que l'on soit, ce que nous entendons est principalement du bruit. Quand nous l'ignorons, il nous dérange. Quand nous l'écoutons, nous le trouvons fascinant. »
« Si vous développez une oreille pour les sons qui sont musicaux, c'est comme développer un ego. Vous commencez à refuser les sons qui ne sont pas musicaux et cette voie vous évite un bon tas d'expériences. »
« Pour moi et mon expérience présente, je n'ai pas vraiment besoin de musique. J'ai assez à écouter juste avec les sons de l'environnement. J'écoute les sons de la 6ième avenue. »


Il arrive de percevoir des sons inhabituels dans la nature, d'avoir l'impression d'entendre des discussions dans le brut d'un torrent, des chants et instruments mélodiques dans des battements de tambour ou de transformer le bruit d'un grincement de parquet en mélodie au moment de l'endormissement.
Il peut arriver que l'auditif soit le sens prédominant dans un rêve, que l'on aie l'impression de percevoir plus de sons que ce que l'on perçoit habituellement avec notre oreille humaine.


  • effet des vibrations sonores sur le corps :

debout, les yeux fermés, on commence à émettre un son bouche fermée « mmm ».
tout en continuant le sons, on penche la tête, puis on se baisse progressivement avant de s'asseoir.

Nous avons senti l'effet des ondes sur le corps : relaxant, réchauffant...

Cet exercice peut servir à former un « cône de pouvoir », on peut également alterner différentes hauteurs de sons.

  • exercice d'après Starhawk

en cercle, se tenant par la main, les yeux fermés. On prête attention à sa respiration, puis à son corps, au contact avec la terre. On visualise une racine naissant sous nos pieds et s'enfonçant profondément dans la terre. A chaque inspiration, on puise l'énergie de la terre, qui remonte notre racine jusqu'à notre corps. Puis on expire cette énergie au milieu du du cercle. Sentez nos respirations qui se rejoignent au centre du cercle. On laisse sortir de notre corps un bruit, un cri, un rire, un soupire, un chant...
L'énergie évolue librement dans le groupe créant un « chant » et retombe spontanément.


  • chants druidiques :

toujours en cercle, nous avons chanté un long « AWEN » (source de sagesse dans le druidisme), qui avait une énergie assez aérienne, puis « IMBAS » qui avait plus une énergie d'ancrage dans la terre.
Nous avons senti une assez forte énergie dans le cercle.

On peut utiliser les ondes sonores pour purifier un objet, par exemple avec un bol tibétain.
Ceux-ci sont traditionnellement composés de 7 métaux.


  • La musique

Utilisée dans les rituels depuis la nuit des temps, en particulier le tambour chamanique pour induire une transe. Le son régulier du tambour évoque un cœur qui bat.
Les musiques répétitives sont également utilisées pour les transes.

Dans la Grèce antique, les éleveurs nomades jouaient de la lyre, en l'honneur d'Apollon, tandis que les peuples agricoles jouaient à l'aulos (double flûte) des musiques plus festives en l'honneur de Dionysos.

Nous avons pu écouter un air au tin whistle (pipeau irlandais) s'harmonisant volontairement avec les bruits de la nature, ainsi que le son des flûtes traditionnelles en bambou.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet