la nature

Le 21 février dernier eu lieu la réunion mensuelle du cercle Sequana.
A cette occasion, 11 personnes furent réunit autour d’une table ronde du salon de thé Le Quicampe pour discuter autour d’un même thème « la Nature ».
La réunion commença par l’approche païen/nature…

Le 21 février dernier eu lieu la réunion mensuelle du cercle Séquana.
A cette occasion, 11 personnes furent réunit autour d’une table ronde du salon de thé Le Quicampe pour discuter autour d’un même thème « la Nature ».
La réunion commença par l’approche païen/nature…

Quel rapport a-t-on avec la nature, quelles Divinités invoque t-on ou associe t-on à la nature ?

Au premier abord on est tenté d'associer la nature au monde végétal et aux animaux sauvages, mais l'homme aussi fait partie de la nature, et ce qu'il fabrique aussi par conséquent, donc qu'est-ce qui ne serait pas naturel ?
La Nature semble être perçue par beaucoup comme un ensemble, une énergie vitale, un Tout.
Et donc à partir de là peut-on dire que ce qui n'est pas naturel est en fait ce qui n'est pas en harmonie ou en équilibre avec ce Tout, ce qui est fabriqué par l'homme pour son seul profit?
Perception intuitive de ce qui est naturel: l'on perçoit la beauté d'un paysage naturel alors que l'on est déprimé par une mer de béton... L'on peut ressentir ce qui est naturel comme quelque chose de plus "sain"


Les divinités évoquées lors de la réunion furent :

- Le dieu Pan : ainsi nommé, dit-on, du mot grec pan, « tout ». Il est pour les hellénistes le symbole de la Nature, suivant la signification de son nom. Aussi porte-t-il des cornes représentant les rayons du soleil, ses pieds et ses jambes hérissés de poils désignent la partie végétale du monde, la terre, les arbres et les plantes. Il symbolise également la partie sauvage de tout être.

- La Déesse Gaïa parfois appelée terra mater (en latin) : elle est la personnification de la Terre Mère la plus évoquée aujourd’hui dans le paganisme…
Dans la mythologie grecque Gaïa apparut après Chaos, et engendra, sans aucune intervention d’élément mâle, Ouranos (le ciel).
C’est avec lui qu’elle donnera naissance aux Titans et à de nombreuses divinités…

- Demeter est la Déesse grecque associée à la végétation et en particulier aux cultures. C'est également la mère de Perséphone associée à la graine, passant la moitié de l'année dans le royaume souterrain d'Hadès et le printemps et l'été aux côtés de sa mère.

- Jörd est la Déesse de la Terre dans la tradition nordique.

- Dana est la grande Déesse de la Terre celte, la mère des Dieux de la race des Tuatha De Dana (principaux Dieux celtes)

- la Déesse celte Kerrydwen et son grand chaudron, donc associée à La Terre qui nous accueille à notre mort et qui recycle tout ce qui doit mourir...

- les Déesses de souveraineté irlandaises : Déesses associées à différents lieux. ("Land"). Elles détenaient la souveraineté du lieu, et les anciens rois irlandais devaient s'unir symboliquement à la Divinité locale pour pouvoir régner.
Blodeuwedd, par exemple, est une "femme-fleur" créée par Gwyon et Math avec des fleurs et graines, pour leur cousin Llew, celui-ci ayant été maudit par sa mère Arianrhod et ne pouvant par conséquent épouser aucune femme humaine. En épousant Blodeuwedd Llew pourra accéder à la souveraineté.
Un autre exemple de Déesse de souveraineté est Mebd.

- La Terre très souvent considérée comme la Mère universelle, célébrée dans diverses cultures, celle qui nous soutient et nous nourrit, mais certaines personnes suggèrent qu'il serait bénéfique de la considérer plutôt comme une sœur, en entretenant avec elle un rapport d'adulte à adulte, responsable et raisonnable, plutôt que celle d'un enfant capricieux qui attend tout de sa mère sans rien donner en retour.

selon une anecdote, les amérindiens se seraient moqués des colons qui prétendaient qu'un bout de terre leur appartenait, il était en effet inconcevable pour les amérindiens de posséder la terre, le corps même de la Terre-Mère...

il a enfin été question de la place de l'homme dans la nature, de sa responsabilité dans les changements actuels : les changements climatiques, la disparition de nombreuses espèces...
L'homme perturbe les équilibres naturels en accélérant certains processus naturels à la base comme par exemple l'érosion des sols.
On pourrait comparer l'homme à une tumeur, qui croit et exploite les ressources de la terre sans prendre en compte les autres éléments de la nature, ce qui rejoint la théorie Gaïa selon laquelle la Terre peut être considérée comme un organisme vivant.

La dernière question étant de savoir si l'homme détruira la nature, ou si la Terre détruira l'homme, à moins que celui-ci ne parvienne à retrouver un équilibre viable avec la nature ?

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet