expo Inuit

compte rendu de la visite de l'exposition Inuit : une terre, un peuple, un art du 11 novembre 2012

Dans le langage autochtone, le terme « Inuit » signifie « humains, personnes ».
On compte aujourd’hui environ 150 000 Inuit sur l’ensemble de l’aire circumpolaire regroupant quatre régions : la Sibérie, l’Alaska, le Canada et le Groenland.

6

9
petit tambour en peau et os de morse

figurines préhistoriques
figurines préhistoriques

7
créations contemporaines inspirées des figurines préhistoriques

8
anciennes figurines Inuit en os.
Avant 1950, les peuples Inuit étaient nomades, et ne pouvaient donc pas s'encombrer de représentations lourdes et volumineuses.

les oeuvres d'art suivantes dates d'après 1950.

Lié à l’environnement immédiat du sculpteur, le bestiaire de l’Arctique est central dans l’iconographie Inuit. Les œuvres exposées illustrent la dépendance existante entre l’homme et l’animal. Ce dernier est le garant de la survie de la communauté, sans lui plus de nourriture, plus de vêtements. Mais au-delà de l’aspect utilitaire, les Inuit confèrent à l’animal une grande force spirituelle. Le chamane en transe prend des traits zoomorphes. Cette omniprésence du zoomorphisme dans la mythologie illustre à elle seule le statut de l’animal dans ces latitudes.


deux ours dansant

2

4
phoque en os de baleine



Femme et enfant, Effie Arnaluaq (né en 1936), Baker Lake (Nunavut, Canada), Basalte
Enserrées dans la capuche d’une épaisse parka (mot inuit), les deux têtes matérialisent le lien entre une mère et son enfant.
Les enfants étaient autrefois portés de cette manière par leur mère.

3

1
remarquer le lien entre homme et animaux.
on distingue des empruntes d'animaux, et les "vagues" représentent les cris des animaux.
L'environnement des inuits est principalement blanc, d'où le peu d'utilisation des couleurs dans l'art.

sedna

Sedna

Ce corps de femme nu accoudé, proche de l’iconographie occidentale des sirènes, est lié à l’un des récits les plus tragiques de la mythologie inuit.

Après plusieurs années de mariage avec un chamane, Sedna se faisait maltraiter. Ses plaintes furent entendues par délà les mers par son père qui décida de partir en kayak la secourir. Mais son mari possédant de puissants pouvoirs magiques déclencha une tempête pour faire chavirer l’embarcation sur le chemin du retour. Face à la mort imminente, le père sacrifia Sedna en la jetant à l’eau. Alors qu’elle s’agrippe au Kayak, il lui sectionna les doigts. Tandis que son corps sombra, ceux-ci se transformèrent en animaux marins. Depuis ce jour, elle règne en déesse de la mer. Les pêcheurs attribuent chaque tempête à la colère de Sedna, ne pouvant, faute de doigts, coiffer ses cheveux. Des chamanes agissent donc pour la coiffer et sécurisent les déplacements maritimes des hommes.

Comme on peut le voir sur le revers, sa longue tresse est méticuleusement coiffée, la navigation est donc sans risques.

5

Les chamans en transe sont reconnaissables à leurs yeux exorbités et à leurs dents proéminentes.


Esprits, Judas Ullulaq (1937-1999), Gjoa Haven (Nunavut, Canada) 1985
Le corps en mouvement du chamane se matérialise par de larges plis transversaux et par la torsion des épaules se dissimulant au regard frontal.
Entre ses mains, le chamane tient fermement le bâton qui accompagne les rituels qu’il préside.


Shamans, George Arlook (né en 1949), Arviat (Nunavut, Canada) 1998
groupe de trois chamanes réalisé en stéatite, « dents » en bois de caribou
Le trou est le plus souvent des l’œuvre de Arlook le symbole du tambour qui accompagne le chamane lors de son rituel.


ressources :
site de l'exposition
art inuit Paris
inuit art zone

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet